les centres dentaires mutualistes protheses
Les 9 centres dentaires mutualistes de Mutualité Française Grand Sud dans le Gard, l’Hérault et la Lozère vous accompagnent et vous conseillent en matière de spécialité dentaires.

Découvrez les différentes spécialités dentaires comme l’implantologie, la parodontologie, la chirurgie, l’orthodontie, et la radiographie.

L’implantologie


Cette technique sûre et efficace s'appuie sur des données scientifiques, avec un recul clinique de plus de vingt ans.
les centres dentaires mutualistes couronne
les centres dentaires mutualistes implant
les centres dentaires mutualistes protheses
L'implant
Un implant est une racine artificielle en titane qui soutient une couronne, remplaçant ainsi l'ancienne dent sans abîmer les dents voisines. L'implant dentaire peut également stabiliser une prothèse amovible (dentier).
Cette intervention, réalisée sous anesthésie locale, est totalement indolore.

Les implants pour remplacer une dent
L'implantologie est praticable dans la majorité des cas, mais il faut cependant s'assurer que le patient possède un tissu osseux de bonne qualité pour y fixer l'implant, qui soit ni trop mou ni trop mince. Le cas échéant, il faudra alors envisager de poser un bridge ou une prothèse amovible pour remplacer la ou les dents manquantes.

En pratique
Le praticien va ouvrir la gencive pour y placer une racine artificielle (en titane) directement dans l'os. Il est conseillé ensuite d'attendre quelques mois afin de garantir l'absence de rejet.
Le succès est obtenu d'une part, avec des investigations radiologiques très précises (scanner, radios panoramiques) et d'autre part, grâce à l'application d'une méthode rigoureuse.

La période d'attente permet l'ostéointégration. Elle varie de 2 à 6 mois : l'os vient coloniser l'implant pour y adhérer fortement. Une prothèse provisoire peut être mise en place pendant cette période.
Dans certains cas, il peut être nécessaire de réaliser une chirurgie parodontale (greffe, réaménagement de la gencive autour de l'implant) afin d'améliorer l'esthétique.
Il peut y avoir aussi une deuxième temps opératoire que l'on appelle "mise en fonction" : lors de la pose de l'implant dans l'os, la gencive est refermée par-dessus, de manière à le laisser en "couveuse" durant 2 à 4 mois.

Après l'ostéointégration, les implants sont prêts à recevoir la prothèse.
Une empreinte permettra de reproduire de façon très précise, sur un modèle du laboratoire, la position des implants. À partir de ce modèle, le laboratoire de prothèse réalise la dent artificielle, qui sera vissée soit directement sur l'implant, soit scellée sur une pièce intermédiaire (inlay-core).

Et après
Vous devez assurer tous les jours une hygiène bucco-dentaire efficace pour éviter l'accumulation des bactéries.
Un nettoyage entre les dents ou les implants, réalisé selon la taille des espaces avec un fil dentaire, des bâtonnets en bois ou des brossettes, est nécessaire car les poils de la brosse à dents n'atteignent pas ces régions.
En effet, cette hygiène dentaire quotidienne permet de maintenir la bouche en bonne santé et d'éviter la multiplication de certains micro-organismes qui peuvent entraîner des maladies inflammatoires sur la gencive et l'os, qui soutiennent aussi bien les dents naturelles que les implants. Des rendez-vous de contrôle sont donc indispensables pour intercepter les premiers signes avant-coureurs d'une pathologie éventuelle pouvant mettre en péril le résultat final.

La parodontologie

Dans quels cas réaliser des traitements ?
Les traitements parodontaux concernent l'ensemble des tissus qui "tiennent" les dents (gencive, ligament alvéolo-dentaire et os alvéolaire).
Ces traitements peuvent être d'ordre préventif (détartrage) ou curatif (surfaçage radiculaire) selon les symptômes cliniques de votre pathologie.

A l'origine : le tartre
Le tartre se dépose sous la gencive ou sur la dent, avec des conséquences différentes.
Naturellement, la plaque dentaire combinée au calcium et au phosphate contenus dans votre salive forment un dépôt de tartre sur vos dents. Ce dépôt est solide et ne part pas au brossage.
Les bactéries contenues dans cette plaque dentaire irritent les gencives, les font saigner, couvrent le collet (le pied) des dents et parfois se développent sur la racine, créant une poche parodontale (la gencive n'adhère plus le long de la racine) qui entraîne une mobilité des dents (on parle de parodontite) et peut conduire à la perte des dents.

Le détartrage
Le détartrage consiste à enlever ce dépôt, souvent jaunâtre, en le grattant avec des curettes ou en le faisant éclater avec des instruments ultra-sonores.

Le surfaçage radiculaire
C'est un détartrage profond effectué sous anesthésie locale, par secteur. On peut aussi, dans les cas les plus graves, écarter la gencive chirurgicalement sous anesthésie locale, pour avoir un accès direct aux racines et les nettoyer correctement en profondeur.

La gingivectomie
C'est l'ablation partielle de la gencive hypertrophiée (gonflée). Celle-ci intervient lorsque le détartrage et le surfaçage ne suffisent pas à éliminer l'inflammation.

La chirurgie parodontale
Ce traitement est une combinaison de la gingivectomie et du surfaçage radiculaire. Le praticien assure son détartrage après avoir décollé la gencive par incision (chirurgie à lambeaux).
Ces interventions sont en général plus désagréables que douloureuses. La gencive, irritée par le tartre, saigne souvent. La gingivectomie nécessite un temps de cicatrisation.

Le praticien assure un détartrage après avoir décollé la gencive par incision (chirurgie à lambeaux).

Et après ?
On peut avoir une sensibilité au froid des dents qui étaient auparavant "isolées" par la gangue de tartre. Dans de rares cas, il peut y avoir une inflammation ou une infection que l'on traite par bain de bouche, parfois par antibiothérapie.
La mobilité des dents peut être plus importante après la chirurgie ou le surfaçage, mais de façon transitoire. Ces traitements sont indispensables pour retrouver une gencive saine et donc espérer garder des dents solides plus longtemps.

• Conduite à tenir
Votre brossage doit être parfait pour éviter que le tartre ne revienne coloniser les surfaces dentaires assez rapidement.
Un détartrage régulier est nécessaire une à deux fois par an.


L’orthodontie

Mes dents ne sont pas alignées.

Diverses raisons peuvent nécessiter un traitement d'orthodontie :
• La plus courante chez les enfants résulte de la succion du pouce, d'une tétine ou de problèmes respiratoires
• Il existe également des troubles du développement des mâchoires qui peuvent aboutir à des inversions d'articulé (les dents de la mâchoire supérieure ne recouvrent plus les dents de la mâchoire inférieure)
• L’interposition de la langue au moment de la déglutition associée à un problème respiratoire peut également entraîner une béance entre les deux mâchoires.

Une solution : l'orthodontie
L'orthodontie est une spécialité qui permet de corriger les malpositions des dents et des mâchoires. Un traitement orthodontique consiste à appliquer des forces sur les dents de manière à les déplacer et les repositionner pour obtenir un alignement harmonieux et ainsi restaurer une denture fonctionnelle et esthétique. Les traitements se font à l'aide d'appareils dentaires fixes ou amovibles.


L'orthodontie chez l'enfant
La première visite se fera vers 9 ans. L'âge de traitement est variable et sera déterminé par l'orthodontiste selon qu'il faille travailler avec la croissance pour corriger le décalage des mâchoires ou réaliser l'alignement dentaire.
Si le praticien constate un manque de place trop important, il peut être amené à extraire certaines dents définitives. Enfin, lorsque la malformation dentaire ne peut pas être corrigée par l'orthodontie seule, elle peut être associée à une solution chirurgicale.

les centres dentaires mutualistes orthodontie enfant amovible
Les systèmes amovibles
On les utilise pour des modifications mineures en cas de léger chevauchement. Ils se présentent sous la forme de plaques en résine qui épousent la forme des dents et du palais et qui vont pousser les dents jusqu'à obtention de l'alignement. On les utilise essentiellement en fin de traitement pour le maintien du résultat. Il existe également un système de casque ou de gouttière.
Les systèmes fixes ou "multiattaches"
Il existe un système dit "lingual" totalement invisible car collé sur les faces internes des dents.
Il consiste à coller et sceller des attaches (communément appelées "brackets" ou "bagues") sur les dents reliées entre elles par un fil, qui par serrage, exerce l'action souhaitée. Les attaches peuvent être métalliques ou en céramique.
Il nécessite un temps d'adaptation pour la langue et impose un traitement plus long, ainsi qu'une préparation longue et plus coûteuse par le prothésiste.
les centres dentaires mutualistes orthodontie enfant multi attache
les centres dentaires mutualistes orthodontie enfant sublinguale
 
les centres dentaires mutualistes orthodontie orthodontie adulte
L'orthodontie chez l'adulte
La croissance ne peut plus être utilisée mais les techniques sont identiques à celles de l'enfant. L'orthodontie chez l'adulte peut être réalisée par exemple dans les cas suivants :
• pour améliorer l'occlusion de patients n'ayant pas bénéficié d'orthodontie étant enfant
• avant la réalisation de travaux prothétiques pour obtenir un résultat plus stable et plus fonctionnel
• pour obtenir une amélioration esthétique.
Les attaches céramiques ou le système lingual pourront être préférés pour des raisons évidentes d'esthétique. Il n'y a pas de limite d'âge pour l'orthodontie.

Conduite à tenir pendant le traitement
Une hygiène dentaire rigoureuse est absolument nécessaire. En particulier pour les appareils dentaires fixes, sinon des dépôts se forment sur les dents qui provoquent des tâches indélébiles, une irritation des gencives et des caries (voir La carie).

Et après ?
Le traitement orthodontique doit se terminer par une phase de contention (stabilisation du résultat obtenu) qui peut durer de 1 à 2 ans. Elle est réalisée le plus souvent :
• pour la mâchoire inférieure par un fil collé sur la face linguale des dents
• pour la mâchoire supérieure par une plaque en résine.
Des gouttières souples peuvent parfois être utilisées.

La chirurgie

La chirurgie bucco-dentaire est le domaine de la médecine qui s'intéresse à la correction des problèmes ou des dommages à la bouche, aux dents et à la mâchoire.
La chirurgie buccale est couramment pratiquée pour enlever les dents de sagesse, pour préparer la bouche à la pose de prothèses dentaires, pour réparer les problèmes de la mâchoire et effectuer des canaux radiculaires.

Les actes de chirurgie buccale les plus courants sont endodontiques (chirurgie impliquant la racine de la dent) :
• Pulpotomie : ouverture de la chambre pulpaire de la dent afin de permettre de drainer une infection.
• Pulpectomie : retrait de la pulpe de la chambre pulpaire pour soulager temporairement la douleur.
• Résection apicale d'une racine pour soulager la douleur et l'extrémité de la dent, appelé le sommet, en entrant par la gencive et extraire chirurgicalement la matière malade.

Extraction des dents incluses
Les dents de sagesse, autrement connues sous le nom de troisièmes molaires, sont la dernière série de dents à se développer. Parfois, ces dents sortent de la ligne des gencives et la mâchoire n’est pas assez grande pour les accueillir.
Le plus souvent, une ou plusieurs de ces troisièmes molaires ne parvient pas à émerger dans l'alignement approprié ou ne parvient pas à émerger complètement à travers la ligne des gencives et devient ainsi piégée ou «touchée» entre la mâchoire et la gencive.
Des dents de sagesse incluses peuvent se traduire par un gonflement, une douleur, et l'infection de la gencive.
En outre, des dents de sagesse incluses peuvent causer des dommages permanents aux dents voisines, des gencives et des os.
Par conséquent, les dentistes recommandent aux personnes ayant des dents de sagesse incluses de les enlever chirurgicalement.

D'autres dents, telles que les canines et les prémolaires peuvent être concernées et peuvent provoquer les mêmes types de problèmes décrits en cas de dents de sagesse incluses.

La perte des dents
Les implants dentaires sont une option pour la perte des dents due à un accident, à une infection, ou en alternative à la prothèse. Les implants sont des substituts de racines qui sont ancrés chirurgicalement dans la mâchoire.

Problèmes liés
Croissance de la mâchoire inégale : chez certains individus, la mâchoire supérieure et inférieure ne se développe pas correctement. Cela peut entraîner une difficulté à parler, manger, avaler, et respirer.
Alors que certains de ces problèmes - comme le mauvais alignement des dents - peuvent être corrigés par des accolades et autres appareils d'orthodontie, les problèmes plus graves nécessitent une chirurgie bucco-dentaire pour déplacer tout ou partie de la mâchoire supérieure, la mâchoire inférieure, ou les deux, dans une nouvelle position qui est plus équilibrée, fonctionnelle, et en bonne santé.

Améliorer l'ajustement de prothèses dentaires : pour les porteurs de prothèses, la chirurgie buccale peut corriger les irrégularités des mâchoires avant la pose de prothèses qui assurera un meilleur ajustement. La chirurgie buccale peut aussi aider les porteurs de prothèses à plus long terme à soutenir l'os qui se détériore souvent au fil du temps, résultant de prothèses qui ne sont plus adaptées.
Dans les cas graves, une chirurgie buccale par greffe osseuse permet de combler les zones où il reste peu d'os.

Articulation temporo-mandibulaire (ATM) : troubles de dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire (le petit joint en face de l'oreille où le crâne et la mâchoire inférieure se rencontrent) est une source commune de maux de tête et douleurs faciales.
La plupart des patients atteints de troubles de l'ATM peuvent être traités avec succès par la combinaison de prise de médicaments par voie orale, la thérapie physique et le port d’attelles. Toutefois, la chirurgie des articulations est une option pour les cas avancés et lorsque le diagnostic indique un problème spécifique dans l'articulation.


Autres conditions traitées par chirurgie orale
Élimination des lésions et biopsie
Les chirurgiens oraux peuvent prélever un petit échantillon d'une croissance anormale ou d'un tissu, puis l'envoyer au laboratoire pour identification. Certaines lésions peuvent être gérées médicalement ou peuvent être retirées par le chirurgien bucco-dentaire.

La fente labiale et réparation de fente palatine
La fente labiale et palatine se présente lorsque la totalité ou des parties de la bouche et de la cavité nasale ne se développent pas correctement ensemble pendant le développement fœtal. Le résultat est une lacune dans la lèvre et / ou une scission dans l'ouverture dans le toit de la bouche. Les chirurgiens-dentistes travaillent, dans le cadre d'une équipe de spécialistes de soins de santé, pour corriger ces problèmes au travers d’une série de traitements et d'interventions chirurgicales.

Les infections faciales
La douleur et l'enflure dans le visage, le cou, ou la mâchoire peuvent indiquer une infection. Les infections dans cette partie du corps peuvent parfois se développer en cas d'urgence vitale, si elles ne sont pas traitées rapidement et efficacement.
Un chirurgien bucco-dentaire peut aider à diagnostiquer et à traiter ce problème. Le traitement chirurgical, s’il est nécessaire, peut inclure la coupe et le drainage dans la zone infectée, ainsi que l'extraction des dents qui pourraient être impliquées.

Le ronflement / apnée du sommeil
Lorsque les méthodes conservatrices ne parviennent pas à atténuer ce problème, la chirurgie peut être envisagée. Les interventions chirurgicales consistent à retirer les tissus mous de l'oropharynx (une zone dans la partie arrière de la bouche) ou la mâchoire inférieure.


La radiographie

Dans quels cas réaliser une radiographie ?
La "radio" sert au praticien à réaliser son diagnostic, à vérifier l'anatomie radiculaire (des racines et de l'os) avant une extraction ou un traitement des racines, avant et après la pose d'un implant, avant et pendant un traitement d'orthodontie...
On peut vous proposer une radiographie locale (une ou plusieurs dents) ou plus générale : radiographie panoramique (toutes les dents et structures avoisinantes) ou téléradiographie, cliché de profil (essentiellement en orthodontie).

les centres dentaires mutualistes orthodontie radiographie locale
les centres dentaires mutualistes orthodontie bilan long cone
les centres dentaires mutualistes orthodontie radiographie panoramique
les centres dentaires mutualistes orthodontie teleradiographie

Radiographie locale


Conduite à tenir
Le patient ne doit pas bouger pendant les quelques secondes de la prise du cliché.
La quantité de rayons X délivrée par une radiographie locale varie selon le positionnement de la dent. Elle est minime (entre 0,007 et 0,14 mSv selon l'appareil et sa programmation). Le praticien, pour plus de sûreté, peut néanmoins proposer un tablier de plomb à une femme enceinte pour protéger le foetus des rayons. C'est pourquoi une femme enceinte devra toujours informer le praticien de son état.

Bilan long cône


Il s'agit de radiographies locales réalisées sur toutes les dents.
Il est essentiellement prescrit en amont pour un traitement prothétique important ou un traitement parodontal, car il apporte plus de précision que la radiographie panoramique.
Ce bilan est généralement réalisé en cabinet de radiologie.

Radiographie panoramique


Contrairement à la radiographie locale, la radiographie panoramique permet de voir toutes les dents. Elle est prise dans une salle spécifique où le patient se tient debout au centre d'un dispositif qui tourne autour de lui.
La radiographie peut être réalisée au cabinet si le praticien dispose de l'installation ou dans un centre de radiologie. La radiographie panoramique sert essentiellement au diagnostic.

Conduite à tenir
Le patient ne doit pas bouger pendant le temps de la prise du cliché.
La quantité de rayons x délivrée par une radiographie panoramique est supérieure à la radiographie locale. Elle reste toutefois minime sans dépasser 0,014 mSv.
Le praticien proposera de façon systématique un tablier de plomb à une femme enceinte et évitera les clichés au cours du premier trimestre de la grossesse.

Téléradiographie


Elle permet d'avoir une image du crâne dans son ensemble.
Elle sert essentiellement au diagnostic orthodontique.
Elle est réalisée au cabinet d'orthodontie s'il est équipé, ou en cabinet de radiologie.